Ce qu’on en dit

Le guanxi et les relations interpersonnelles à toutes les sauces, ce qu’on en dit et ce qu’on en fait, parfois très peu ou vaguement définis ou encore bizarrement utilisés … Quelques propositions valent parfois le détour.
  • Trois questions sur le guanxi : 1) qu’est-ce que c’est ?, 2) est-ce encore important pour les Chinois ? et 3) est-ce important pour les Occidentaux ?. J’aime sa réponse à la troisième question : si vous n’êtes pas chinois, ça ne vous servira probablement jamais … mais cela ne vous nuira pas non plus.

  • Le Hippy Jedi Master se cherche un guanxi pour régler son problème de cellulaire en Chine. En fait, il est plus spécifique que cela : son guanxi doit travailler chez China Mobile et être en mesure de faire en sorte que les choses se règlent. Pour citer notre lumière de Guangzhou : « currently the minions have fuxxed my 10 year old phone plan and refusing to set it right » (sic, sic et re-sic). Je ne suis pas certaine s’il a besoin d’un guanxi ou simplement d’un bon communicateur…
  • Il est acupuncteur et n’arrive pas à en vivre. Il déménage donc à Taïwan où il enseigne l’anglais. L’un de ses élèves est neurochirurgien. Ce dernier l’introduit à un acupuncteur de l’équipe de traitement de son hôpital, où il finit par travailler. Il vient ainsi d’entrer dans le guanxi de quelqu’un, ce que l’auteur compare à l’acquisition de capital social.

Guanxi et marketing relationnel (4-13)

  • Une vision assez juste du guanxi sur un site de consultants. Le phénomène y est défini comme connexions et réseau. Certaines dimensions fondamentales (Insider-Outsider, réciprocité, facteur identitaire) y sont abordées.

Understanding Guanxi (4-13)

  • Je suis toujours un peu étonnée quand on associe le guanxi à un musée des horreurs menaçant l’homme d’affaire vulnérable et influençable que le marché chinois intéresse. Pourtant, le consultant qui propose sa définition du phénomène travaille en Chine et avec les Chinois depuis des décennies. Il en profite au passage pour dénoncer le mythe et l’archétype du guanxi dont il rend Lucian Pye (Negotiating Style: Commercial Approaches and Cultural Principles) responsable. Ceci-dit, je suis en grande partie en accord avec le contenu de l’article. Les guanxis (la facette sombre du phénomène à laquelle il réfère) ne suffisent pas pour réussir sur le marché chinois. Dommage qu’il ne semble pas admettre que le guanxi est bien plus qu’une porte illicite et qu’il définit l’individu social chinois et, ce faisant, détermine ses relations avec les étrangers. J’éviterais de confier le succès des affaires aux mains de quelqu’un qui, de toute évidence, n’a pas réellement compris cette spécificité relationnelle. Créer des liens personnels en Chine est au moins aussi important que les analyses, stratégies et structure organisationnelle que proposent le consultant à ses clients.
  • Dans le cadre de l’affaire Bo Xilai, les médias s’en donnent à cœur-joie dans l’association du guanxi à la corruption. Deux articles, l’un de Jeune Afrique et l’autre de Les Échos, en sont de parfaits exemples. Ce faisant, un phénomène complexe s’en trouve réduit à une facette qui le décrit de façon limitée et certainement inutile à dans la compréhension des échanges interpersonnels en contexte chinois
  • Les relations interpersonnelles et les phénomènes associés (statut, face, réciprocité et autres) en contexte chinois relèvent en grande partie de l’héritage culturel chinois. Clark Morgan Corporate Training propose une série de clips (ClarkMorgan Insight) sur certaines de ces dimensions, dont sur le guanxi
  • La réussite en affaire n’est pas uniquement associée aux compétences. L’auteure parle de la « Grande muraille du guanxi », un héritage confucéen, individuel et personnel, réciproque et à long terme. Quatre suggestions sont proposées pour aller au delà de la muraille. (Forbes, mai 2012)
  • Selon une récente contribution à Forbes, le guanxi continue à être reconnu comme une véhicule menant au succès en contexte d’affaire chinois. L’auteur, qui définit le phénomène en termes de connexions et d’obligations confond cependant guanxi individuel et guanxi organisationnel (2012)
  • Étroitement associé à la négociation, le phénomène du guanxi est généralement couvert dans les formations dédiées aux gens d’affaires. Le document « The Secrets of Negotiation with Chinese Partners » (165 diapos et 129 minutes d’enregistrements MP3) aborde notamment les thématiques suivantes en lien avec le guanxi : 1) son environnement, 2) une analyse SWOT du guanxi (forces, faiblesses, menaces et opportunités) et 3) les stratégies et le guanxi inter-organisationnel. Le concepts de la face et les communications d’affaires sont aussi abordées. Un extrait de l’enregistrement sur le guanxi est disponible.
  • Le guanxi est souvent l’objet de comparaisons faciles et est malheureusement affublé de multiples attributs. Dans cet article, il est « piston », « plante relationnelle » et allégrement comparé à ce qui ce passe en France. L’auteur dit : « le Chinois n’ayant culturellement que peu de sentiments [vraiment ?] visant à aider naturellement son prochain et où les années dures du maoïsme n’ont fait que renforcer ce cercle restreint des personnes de confiance ». J’aurais envie de suggérer quelques lectures fondamentales à son auteur …
  • Le guanxi est souvent défini, et limité à cette définition, comme à un réseau de contacts utiles. Ce faisant, la vrai nature du guanxi, en terme de réseau personnel de liens plus ou moins significatifs où la face de l’individu et le statut qu’il occupe au sein de ce groupe est essentiel à la compréhension de sa dynamique, est généralement oblitérée. Le phénomène, chinois à l’origine, est souvent aussi associé aux gens d’affaires occidentaux, principalement quand il s’agit de référer à un réseau plus ou moins licite de contacts. Référant à l’affaire Bo Xilai, l’auteur d’un article mentionne que l’homme d’affaire anglais « faisait jouer ses ‘guanxi, ses relations à la chinoise, dans un pays où faire des affaires demande bien plus qu’un simple business plan » (Slate, 12 avril 2012)
  • À la tête d’un groupe centenaire de Hong Kong, William et Victor Fung (Fung Capital) sont qualifiés de chefs d’orchestre dans leur industrie.  L’art « de cultiver les guanxis – ces connexions sociales essentielles dans la culture du monde des affaires chinois » serait étroitement associé à leur succès (L’Express, mars 2012)
  • Charles St-Denis, l’un des participants en quête de stage au terme d’une session de cours en Chine a rapidement pris conscience qu’il allait être difficile de trouver une entreprise d’accueil. Il associe en partie le défi au guanxi dans sa définition très occidentale de « connection » : « Les relations (guanxi) sont très importantes dans plusieurs aspects de la société chinoise. Or, si les relations sont primordiales pour trouver un emploi, c’est encore plus vrai pour la recherche d’un stage de deux semaines. Compte tenu de la courte durée du stage, les entreprises, autant étrangères que canadiennes, ne sont pas toujours disposées à procéder à toutes les étapes pour engager un stagiaire à l’étranger » (Nouvelles UdeS, 24 janvier 2012)
  • Une famille raconte son escapade en Asie. Ils séjournent en Chine et sont invités dans une famille. Ils interprètent ce qui se passe et se demandent s’ils « sont en train d’entrer dans un guanxi ? ». Leur questionnement est intéressant et typique. Le guanxi est-il un phénomène émotif ou utilitaire ? Je leur souhaite de vivre la relation et de ne pas trop se poser de question. C’est dans l’ailleurs et l’inattendu qu’on apprend (Notre escapade asiatique … 2012)
  • Un peu naïf, voire incomplet, mais enfin … Les petites leçons de la vie sur les relations interpersonnelles et le guanxi (Linkedin)

    1. Parler aux gens
    2. Leur sourire
    3. Les appeler par leur nom
    4. Être amical et serviable
    5. Être cordial
    6. Démontrer un intérêt réel pour les autres
    7. Être généreux en compliments
    8. Faire preuve d’empathie pour ce que ressentent les autres
    9. Prendre l’opinion des autres en considération
    10. Être à l’affut du besoin de l’autre
  • À la question « Is the importance of ‘guanxi’ in China today diminishing or evolving? » la réponse de Allan Chen est pertinente : « The word « guanxi » actually is too broad of a word because it basically means « relationship ». People will always have some kind of relationship to one another, but as for China evolving into a more liberalized and cosmopolitan country; who’s to say that it is evolving? This is the culture, I wouldn’t say its right or wrong. I don’t think it’s going anywhere. As for doing business in China, the society is definitely moving towards a law-important society » (Linkedin, 2011)
  • «Pour faire des affaires en Chine, il faut soit avoir quelque chose de très spécial à proposer, soit connaître du monde». Un diplômé en commerce international, en Chine depuis trois ans, décrit ainsi le guanxi. Il réfère ici au guanxi-réseau plus qu’au réel phénomène (La Presse, 15 décembre 2011)

  • Le restaurateur Jacques Pourcel a été contraint, il y a quelques années, à quitter le premier restaurant qu’il avait ouvert sur le Bund à Shanghai. Un emplacement unique qu’il a du laisser aller « parce qu’il n’avait plus les bonnes connexions, le bon guanxi (réseau). Ici, on peut être viré du jour au lendemain. Il ne faut jamais oublier que nous sommes chez eux. Chaque quartier a son gardien. Il fait remonter toutes les informations à la police’, explique-t-il » (La Croix, 11 décembre 2011)

  • L’entreprise horlogère Hengeli profite de la tradition chinoise de donner des cadeaux luxueux à des connaissances : « L’industriel avoue ne ‘pas s’y connaître beaucoup’ et avoir choisi une marque connue, ‘dont les publicités sont dans tous les magazines offerts dans les avions’. À l’évidence, un achat de «statut» plus que de goût. Les modèles les moins précieux ne sont d’ailleurs pas ceux qui partent le mieux. Notre homme nous précise que ces montres ne sont pas pour lui, mais des ‘cadeaux’, pour des ‘relations’ plutôt que pour des proches. En Chine, les ‘guanxi’, les réseaux, sans lesquels rien ne se fait, se travaillent ainsi » (Le Figaro, 25 novembre 2011)
  • La monographie de Jérôme Berny (2011), intitulée « Réussir en Chine grâce aux cercles d’amis », se veut un effort de vulgarisation du phénomène des réseaux de relations interpersonnelles en contexte chinois (ou guanxi). L’auteur, définit le « cercle d’amis »  comme un « ensemble de personnes avec lesquelles nous entretenons des liens plus ou moins étroits et susceptibles d’intervenir directement ou indirectement dans un processus opérationnel présent ou futur » (p. 54). L’ouvrage discute par ailleurs du développement, de l’entretien et de l’utilisation des cercles d’amis

  • Sarah en Chine tente à nouveau d’expliquer le guanxi. Je ne suis pas certaine de la valeur des liens qu’elle fait avec le phénomène. Cependant, elle propose quelques bons exemples du concept d’insider-outsider. Par ailleurs, si nous étions tant de monde dans les rues, ferions-nous si attention à l’autre ? Nous sommes à peine deux millions à Montréal et on n’arrive pas à faire comprendre aux cyclistes que le trottoir est réservé aux piétons. Alors, si nous étions dix millions, il faudrait peut-être marcher sur les toits ! Le civisme, c’est culturel et acquis … par certains (Septembre 2011)
  • Le guanxi peut-il être comparé aux réseaux sociaux en Occident ? Dans une communication présentée à la rencontre annuelle de l’Academy of Management (2011),  intitulée The Challenge of Defining Guanxi : A Review, Guo Kaiyan (Carlin) propose l’analogie suivante : vous donnez à deux chefs-cuisiniers – l’un Chinois et l’autre Occidental – les mêmes ingrédients et leur demandez de préparer les plats de leur choix. De dire que les réseaux sociaux en Occident sont identique au guanxi est la même chose que de s’attendre à ce que les deux chef-cuisiniers préparent les mêmes plats …. (Septembre 2011)
  • Sarah en Chine cherche à comprendre le phénomène du guanxi en le vivant au quotidien. Nul doute qu’elle y arrivera … avec un peu de face et de temps (Décembre 2010)
  • « Vous avez sûrement déjà entendu parler du guanxi chinois, ce célèbre réseau chinois de relations que tout un chacun se tisse au fur et à mesure de l’avancement dans la vie, de l’évolution sociale, que l’on doit utiliser à bon escient, et que l’on peut prêter aux autres personnes de son entourage appartenant elles même à votre guanxi ? Non ? Alors laissez moi vous le présenter sur mon petit blog chine, et surtout casser l’idée reçue que ce concept est typiquement chinois » (Cédric et la Chine, novembre 2010)
  • Un papier d’un étudiant CETASE sur le lien entre Confucianisme guanxi et éthique (Automne 2009)
  • Guanxi, un site catalogue français pour annoncer des ateliers d’écriture, des formations et des stages artistiques de différentes disciplines, allant du théâtre au documentaire, du scénario aux arts plastiques

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :