Publié par : Lynda Dumais | 16 avril 2014

Mondialisation et relations interpersonnelles (2 de 2)

Dans l’analyse de l’impact de la mondialisation sur la nature et les modalités relationnelles interculturelles, le niveau d’identification de l’individu à sa culture d’origine, versus à une culture « mondialisée », constitue un élément-pivot d’analyse (Cleveland et Laroche, 2007; Gibson et al. [s.d.], dans Leung et al., 2005).

Selon la situation, l’individu peut ainsi être à la fois « local » et cosmopolite (glocal) (Cleveland et Laroche, 2007). L’identité cosmopolite (glocal) renvoie à un besoin d’appartenance à la culture universelle par l’adoption de pratiques et de styles associés à cette dernière. L’individu n’en retient pas moins son identité culturelle d’origine (Arnett, 2002).

À titre d’exemple, le fait de faire des achats chez Ikea, de boire un café chez Starbuck ou encore de communiquer via un cellulaire pourraient être décrits comme une forme d’adhésion à la culture globale (glocal), tout en étant associés à des comportements sociaux propres à la culture d’origine (local) soit, en contexte relationnel, favoriser les échanges sociaux, ou maintenir actives les relations personnelles avec les membres du réseau.

Voir aussi Mondialisation et relations interpersonnelles (1 de 2)

Références sur les relations interpersonnelles et le guanxi
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :