Publié par : Lynda Dumais | 21 mai 2013

Banquet : terrain relationnel d’action

La vision dynamique de la culture, notamment dans le cadre de relations interpersonnelles, fait appel à quatre niveaux d’action (Kluckhohn, 1962) : biologique, social, culturel (normatif) et individuel.

Le banquet en contexte d’affaire chinois constitue une bonne illustration des quatre modalités auxquelles réfère l’auteur. À l’heure du repas, la fonction biologique s’impose : hôtes et invités ont faim. Au niveau social, le banquet renvoie à un besoin d’interactions pour mieux connaître le partenaire et au culturel, il implique des rituels spécifiques au contexte chinois, notamment en termes de placement à la table et disposition des couverts, composition du repas et séquence dans la levée de verres. Finalement, les individus participant à ces banquets sont différents les uns des autres : certains peuvent échanger dans la langue de leurs invités et d’autres non; certains sont plus chaleureux; certains représentent le Parti communiste chinois et d’autres ne sont invités qu’à titre d’ami des organisateurs.

Références sur les relations interpersonnelles et le guanxi
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :