Publié par : Lynda Dumais | 9 mai 2013

Hall – Communication et contexte (2 de 3)

Généralement, la communication entre les individus prend tout son sens lorsque l’information et son contexte sont arrimés. Selon Edward T. Hall, ces derniers, selon la culture à laquelle ils appartiennent, « communiquent à un certain niveau de l’échelle des contextes » (Hall, 1984, p. 76). Le chercheur introduit ainsi les notions de messages à forte et faible charges contextuelles. La première renvoie à un contexte connu, internalisé et partagé par les répondants culturels, où peu d’information codée et explicite est nécessaire. La seconde exige l’accès à des informations additionnelles pour comprendre le contexte. Le tableau ci-dessous présente les principales caractéristiques des messages à forte et faible charges contextuelles. La recherche nous apprend que la Chine est une société à forte charge contextuelle (ou riche) et le Canada à faible charge (ou pauvre).

Hall 2 Contexte (4-13)

Références sur les relations interpersonnelles et le guanxi
Voir aussi :
  • Hall – Temps monochronique et polychronique (1 de 3)
  • Hall – Dimensions culturelles – Canada-Chine (3 de 3)
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :