Publié par : Lynda Dumais | 12 juillet 2012

Relations et hiérarchie

Les relations humaines (renlun – 人伦) en contexte chinois sont dites différenciées. Le Livre des rites, dont la compilation est fréquemment attribuée à Confucius, réfère à une classification en dix types de relations. Dans ce cadre hiérarchisé, il est attendu de chacun qu’il demeure à sa place :

  1. Dieux et les fantômes
  2. Monarques et leurs sujets
  3. Pères et fils
  4. Noble et la base
  5. Intime et non relié
  6. Récompensé et puni
  7. Époux et épouses
  8. Affaires publiques et privées
  9. Séniors et juniors
  10. Supérieurs et inférieurs

Le mot lun (伦) (voir aussi wulun) est donc associé à un ordre donné. « ‘À l’égard de l’intime, il n’y a que l’intimité; pour le respecté, seulement le respect; pour le supérieur, uniquement la déférence; entre hommes et femmes, seulement des différences; ce sont là des choses que l’homme ne peut changer’. Cela signifie que la structure sociale ne peut être modifiée; ce qui peut l’être cependant, c’est l’usage qui est fait de ce cadre d’analyse » (Traduction libre de Fei, 1992, p. 66).

Fei, X. (1992). From the soil, the foundations of Chinese society: A translation of Fei Xiaotong’s Xiangtu Zhongguo. Berkeley: University of California Press.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Catégories

%d blogueurs aiment cette page :